La préfète du Lot-et-Garonne ordonne la déconstruction du barrage de Caussade

Pas moins de 5 décisions de justice, favorables à FNE et la SEPANSO Aquitaine, quand à l’illégalité du projet, n’avaient empêchées la chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne de construire une digue de 300 mètres de long sur 12 mètres de haut sur le ruisseau de Caussade dans le but de créer un lac artificiel de  920 000 m3 pour environ 20 agriculteurs.

Mais le 2 mai dernier l’Etat a pris un arrêté obligeant la Chambre d’agriculture de détruire sous 3 mois le barrage et de remettre en état le site sous 18 mois : restaurer le lit de la rivière, les zones humides, les habitats détruits des nombreuses espèces protégées ; mettre en place des mesures de compensation proportionnées aux impacts liés aux travaux illégaux…. L’arrêté précise également que la Chambre d’agriculture devra consigner 1 million d’euros montant correspondant aux travaux de suppression du barrage, avec une astreinte de 500€ par jour d’ici 3 mois si la retenue n’a pas disparu.

Dans un territoire où le manque d’eau est régulier, FNE dénonçait un racket de l’eau et un projet qui ne répondait en rien aux enjeux du changement climatique et du partage de la ressource. Dans sa décision de justice le tribunal aussi soulignait que ce projet est incompatible avec la directive-cadre sur l’eau et le SDAGE (Schéma Directeur d’aménagement et de gestion des Eaux) du bassin Adour-Garonne et sanctionnait l’absence de « contribution du projet à l’adaptation des productions agricoles au changement climatique ».

C’est une victoire pour les associations, qui suivront de près l’application de l’arrêté et compte sur les pouvoirs publics pour faire respecter les règles.

Lire le Communiqué de presse de FNE

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.